​Balade éducative et cueillette de plantes comestibles et médicinales (FR)

 

Heure et lieu : 12:00 - 14:00, départ au début de la Voie Verte (arrêt de bus : Eaux-Vives, Gare/ Vadier)

Cliquez ici pour le formulaire d'inscription

Description:

Autrefois essentielles pour se nourrir ainsi que se soigner, les plantes sauvages passent dès à présent inaperçues lors de nos balades. Pourtant, elles représentent une excellente alternative aux légumes des supermarchés et une manière de consommer local, de saison tout en produisant zéro déchet.

Afin d’apprendre à reconnaître et utiliser ces plantes sauvages qui nous entourent, nous vous invitons à une balade botanique le long de la Voie Verte guidée par Catherine Huber, cuisinière bio-végétarienne professionnelle. 

Nous nous réjouissons d’explorer cet univers méconnu avec vous !

 

Informations pratiques :

  • Munissez-vous d’un calepin ainsi que d’un stylo afin de pouvoir prendre des notes lors de la balade. Cela vous servira aussi à conserver des échantillons de plantes sauvages. 

  • En cas de fortes pluies, la balade botanique sera malheureusement annulée. 

  • En raison des normes sanitaires, le nombre de participants est pour l’instant limité à 9 personnes. Nous nous réservons le droit de modifier cette régulation selon l’évolution de la situation. 

Conférence : Quelle innovation pour un monde durable ? (FR)

 

Heure et lieu : 18:30, live-stream (lien à venir)

 

Intervenant:

Philippe Bihouix a travaillé comme ingénieur-conseil ou dirigeant dans différents secteurs industriels, en particulier les transports et la construction, avant de rejoindre le groupe AREP, agence d’architecture interdisciplinaire, comme directeur général. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la question des ressources non renouvelables et des enjeux technologiques associés, en particulier L’âge des low tech. Vers une civilisation techniquement soutenable (Seuil, 2014) et Le bonheur était pour demain. Les rêveries d’un ingénieur solitaire (Seuil, 2019).

 

Description :

Tandis que tous les indicateurs sur l’état planète virent au rouge (effondrement de la biodiversité, dégradation et destruction des sols, changement climatique, pollution généralisée, tensions sur l’énergie et les matières premières), nous sommes submergés par les annonces sur les avancées scientifiques ou technologiques bénéfiques.

Les technologies « vertes » seraient sur le point de transformer nos sociétés, et de sauver la planète (et la croissance) grâce à une nouvelle révolution industrielle, celle des énergies renouvelables, du numérique, des réseaux intelligents, de l’économie circulaire, des smart cities, des voitures autonomes, des nano-bio-technologies et des imprimantes 3D.

Mais ces innovations sont trop souvent consommatrices de ressources minières limitées et leur raréfaction rend, à terme, la mise en œuvre d’une telle économie high tech bien risquée. Et s’il fallait explorer une autre voie, celle de technologies sobres, agiles et résilientes ?